gdansk_4

Le 20 juin 2016

Gdansk, vieilles usines et jeunes talents

Ce que l’on visite en premier à Gdansk, en Pologne, c’est le chantier naval. Lieu emblématique de la ville, il est aussi le berceau de Solidarnosc. Reportage de Paul Barraud.

A quelques semaines des journées mondiales de la jeunesse, Paul Barraud est parti à la découverte de 3 grandes villes de Polognes. Gdansk, Varsovie, Cracovie. 3 villes, 3 visages, 3 univers différents où les polonais aiment raconter leurs histoires d’hier et d’aujourd’hui. Du 26 au 31 juillet 2016, RCF emmène ses auditeurs aux Journées mondiales de la Jeunesse qui rassembleront plus de 2 millions de jeunes participants.

Depuis plus de 1.000 ans, Gdansk vit au rythme de la Baltique. Le 6è ensemble urbain de Pologne est située au nord du pays. Il y a 30 ans, son chantier naval était une véritable ville dans la ville. Si la plupart de ses bâtiments ont été détruits, l’endroit porte encore les marques des grandes grèves des années 80.

Aujourd’hui, la cité portuaire cherche à transmettre ses « Lumières » et à valoriser son patrimoine artisanal et culturel. Elle entend faire savoir au monde qu’elle a brillé pendant des siècles, notamment grâce au commerce de l’ambre. Cette forme spécifique de résine pétrifiée se vend un peu partout à Gdansk, où se trouve le plus important musée de Pologne qui lui est consacré.

 Le chantier naval de Gdansk, berceau de Solidarnosc. En 1980, le syndicat vainqueur du communisme, mené par Lech Walesa y a conduit un important mouvement de grève. Inauguré en août 2014, le Centre de la solidarité européenne entretient la mémoire du célèbre mouvement polonais. Et aussi de tous ceux qui ont lutté pour la démocratie. Dans un bâtiment immense tout de verre et de métal rouillé, qui ressemble à vieux paquebot, le centre Solidarnosc regroupe un centre universitaire, une bibliothèque ou encore un centre de congrès. Le musée a été dinstingué par le Prix du Conseil de l’Europe 2016.

> Reportage réalisé en partenariat avec l’Office National Polonais de Tourisme