pape_islam_v

Le 27 juillet 2016

Terrorisme islamiste: le pape François refuse le conflit entre les religions

En réaction à l’assassinat du p. Jacques Hamel, le pape François n’a fait aucune allusion à l’islam. Refusant par là d’entrer dans un conflit entre les religions. Correspondant de La Croix à Rome, Nicolas Senèze suit le pape François dans ses déplacements. 

 

nicolas_seneze_v

C’est aujourd’hui, mercredi 27 juillet, que le pape François se rend à Cracovie, dans une atmosphère particulière après le drame de Saint-Etienne-du-Rouvray. Hier et ce matin, tous les prêtres – et ils sont nombreux au Vatican – ne pouvaient pas ne pas penser que l’un des leurs a été tué en pleine messe. C’est la réflexion que livre Nicolas Senèze, alors que le pape François s’apprête à prendre l’avion pour se rendre à Cracovie.

Si le pape François a fait part de sa douleur de son horreur face à cette violence absurde dans l’assassinat du père Jacques Hamel, « il n’a fait – et c’est volontaire – aucune référence à la violence islamiste« . Mesure de prudence? Pas seulement, nous dit Nicolas Senèze: « déjà pour Nice il n’avait pas mentionné les motivations religieuses du tueur« . Selon l’observateur à Rome du journal La Croix, en véritable stratège, le pape François entend « dresser un cordon sanitaire autour des terroristes« .

Le pape a bien identifié la stratégie des terroristes, apporter un climat de guerre des religions en Europe

La solution pour le pape François est donc le dialogue avec ceux des musulmans qui refusent la logique violente des groupes islamistes. Pour lui les religions ont un rôle déterminant pour contrer les dérives fondamentalistes, conclut Nicolas Senèze.


Photo de Une ©VATICAN POOL/CPP/CIRIC – 23 mai 2016 : Le pape François rencontre en audience privée le cheikh Ahmed el-Tayeb, grand imam de l’université Al-Azhar au Caire (Egypte) et haute autorité sunnite. Vatican, Rome, Italie.