Paulina Krzyżak

Le 27 juillet 2016

Les JMJ en chansons ! par le p. Bernard Planche

Aux JMJ on chante, et on chante même beaucoup. D’abord pour prier. On le sait depuis saint Augustin : chanter c’est prier deux fois…

BERNARD_PLANCHE_EDITOComme la prière a une grande importance aux JMJ on chante en conséquence. Mardi, à la messe, faute peut-être d’avoir un répertoire de chant liturgique connu dans le monde entier, c’est surtout l’impressionnant chœur de jeunes de l’Eglise polonaise  accompagné par un orchestre symphonique qui a chanté, ainsi qu’un diacre de rite oriental à l’impressionnante voix de basse.

Ce matin dans les catéchèses et les messes par groupes linguistiques c’étaient bien les jeunes eux-même qui chantaient. Les répertoires étaient variés, du style rock au chant grégorien et passant par tout ce que les mouvements charismatiques ont pu produire en matière musicale. Mais entre les shows des Brésiliens et les chœurs bavarois, en matière de chants aussi, la diversité culturelle est de mise aux JMJ de Cracovie.

Et on ne chante pas que dans les églises. On chante partout !

Dans les rues, dans les bars, dans les logements, dans les bus ou les tramways… Partout de la musique, des chants et parfois les plus inattendus. Et les Français ne sont pas en reste.

Ainsi hier au soir, en sortant du studio de RCF en arrivant sur la grand place l’énorme sono diffusait du Johnny Hallyday : « que je t’aime, que je t’aime ». Arrivé près du podium, une scène à la Sister act : toute une escouade de religieux venus de Toulon, soutanes blanches et ceinture noire se démenaient entraînant avec eux des centaines de jeunes qui transformaient la place en dance floor ! Après Johnny, c’était Joe Dassin qui invitait les jeunes à aller siffler sur la colline. Cela a fait un peu tomber l’ambiance, et le concert s’est conclu par le Salve Regina.

Un peu plus loin, des jeunes louaient Dieu : « Tu es le roi de Gloire, le Dieu de nos vies »  les mains en l’air invitant les autres nationalités à se joindre à eux, ce en quoi ils avaient un certain succès. Encore plus loin, une troupe scoute scandait sa marche en rappelant que Fanchon quoique bonne chrétienne fut baptisée avec du vin… Ils entraînaient beaucoup moins de monde que les premiers.

Ce midi, j’ai croisé un groupe brésilien qui rentrait de la catéchèse en transportant un véritable orchestre, guitare, percussion, cuivre, cordes et toute une sonorisation. Aux JMJ, on chante et on ne fait pas semblant !