jeunes_Pierre_de_cha_edito_v

Le 28 juillet 2016

Les trois travaux du JMJiste, par le p. Pierre de Charentenay

Trois conférences proposées aux JMJistes francophones donnent trois axes d’action : les migrants, l’Europe, l’écologie. Voilà un programme de travail pour les JMJistes.

 

PIERRE_DE_CHA_PORTRAIT_EDITOLes migrants : c’est une des premières priorités du pape

 

Il le redit sans cesse. Les conflits du Proche-Orient et d’Afrique lancent depuis peu sur les côtes d’Europe des millions de réfugiés. Les recevoir constitue un devoir d’humanité qui transcende toutes les options personnelles. La Méditerranée ne peut pas se transformer en cimetière. Les responsables d’Europe ne peuvent pas faire la sourde oreille comme c’est le cas pour certains pays. Des particuliers, des associations, des paroisses ont en revanche montré une inventivité pleine de ressources, par un accueil personnel, par un suivi individuel, appliquant l’Evangile, « j’étais étranger et vous m’avez accueilli ».

 

La construction de l’Europe est aussi un thème fort, justement…

 

La construction de notre continent est malmenée par les nationalismes et des retours aux frontières. Créer de nouveaux murs entre les pays est une faute morale alors que beaucoup avait été fait pour faciliter la création de ponts entre européens. Chacun doit éviter de se laisser impressionner pas des aspects superficiels pour revenir aux fondements de cette construction commune.

Le Brexit a ouvert les yeux à beaucoup de monde : on est en train de détricoter ce qui a été fait et qui est si important. Peut-être faut-il l’améliorer, peut-être faut-il trouver les moyens de mieux respecter les identités locales, mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. L’Europe reste la plus grande aventure politique d’après-guerre, constructeur de ponts et de paix.

 

Enfin, l’écologie… Et on pense évidemment au grand texte du Pape François, Laudato Si’

 

Laudato Si’ devrait être la feuille de route de tout habitant de cette planète. Si les Européens ont déjà fait beaucoup dans ces domaines parce qu’ils sont conscients de l’enjeu et qu’ils en ont les moyens, beaucoup de pays plus pauvres traînent à prendre les décisions parce que souvent d’autres urgences les assaillent. Sur ce thème, la solidarité internationale devrait s’organiser.

Il dépend de chaque citoyen de pousser leur gouvernement à prendre des décisions qui peuvent ne pas être populaires. La défense de notre planète n’est pas une nouvelle idéologie, c’est la route nécessaire pour assurer un avenir vivable à ceux qui nous suivent. Vous savez quelle température il y avait avant-hier au Koweït : 54° ! Les jeunes des JMJ doivent penser à l’avenir !