Flickr/Paulina Krzyak

Le 29 juillet 2016

Mgr Brouwet: « la haine ne peut pas nous servir de GPS »

C’était le sujet de la catéchèse qu’a donnée Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et de Lourdes, vendredi, en l’église Saint Florian, à Cracovie.

Un sujet à la résonance particulière en cette journée de jeûne et de prière décrétée par la Conférence des Evêques de France, au lendemain de l’attentat dans l’église Saint Etienne du Rouvray, en Seine maritime. « On dit je te pardonne, et deux heures après, on revient sur sa colère » a notamment déploré Mgr Brouwet, qui a tenté d’expliquer aux jeunes la force et l’importance du vrai pardon.

Pour l’évêque de Tarbes et de Lourdes, à partir du moment où l’on a donné son pardon, on ne peut pas revenir dessus. Pardonner en vérité, c’est en quelque sorte faire l’expérience extrême de l’amour de Dieu. Mais comment pardonner ? Mgr Brouwet explique qu’il faut croire précisément que « c’est l’amour qui a le dernier mot, et non pas le désir de vengeance ou la haine de l’autre.

Cette haine, selon l’évêque, « ne peut pas nous servir de GPS ». « Le Seigneur nous fait aller plus loin » ajoute-t-il, reconnaissant avoir énormément apprécié ce temps d’enseignement, qui s’est suivi d’un temps de questions-réponses. Ce qui lui a permis de passer plus de temps, et de mieux connaître les jeunes de son diocèse.