visite_auscwhitz_VV

Le 29 juillet 2016

REPORTAGE – La visite du camp d’Auschwitz par une délégation de Bruxelles

La visite du camp d’Auschwitz restera pour beaucoup de jeunes un temps fort des JMJ de Cracovie. Reportage au sein de la communauté de l’Emmanuel, par Jacques Galloy (RCF Belgique).

 

Paradoxe d’un lieu sinistre que l’on découvre sous le soleil. Aurélie Pasquier, témoin privilégiée pour RCF aux JMJ, nous confiait avoir trouvée difficile cette visite des camps d’Auschwitz. Mais une difficulté là où elle ne l’attendait pas. Marcher en groupe sous un beau ciel bleu sans entrer dans les baraquements lui a donné le sentiment de passer un peu à côté du tragique des lieux.

Pour certains JMJistes, cependant, la visite des camps s’avère réellement poignante et douloureuse.

 

auschwitz_v

Photo©Aurélie Pasquier

 

« En tant que chrétien je ne peux dire de quiconque qu’il ne mérite pas de vivre. »

 

Ainsi, le père François Vanandruel, a-t-il été fortement interpellé. Il livre sa réflexion en profondeur au cœur du mystère de la souffrance humaine et de la dignité. Le prêtre du diocèse de Maines-Bruxelles se fait cette réflexion: « Ce serait tout à fait possible d’être du côté des meurtriers« . Pour lui, le message d’Auschwitz l’encourage à faire le choix de sa « dignité » et à dire plus haut le message d’amour du Christ.

 

 

maximilien_kolbe_auschwitz_v

Photo©Aurélie Pasquier

 

La délégation du père François Vanandruel s’est arrêtée au cours de sa visite devant le bloc 11 , appelé « le bloc de la mort », où les nazis emprisonnaient les personnes suspectes. C’est là qu’est mort le père Maximilien Kolbe, figure particulièrement marquante de ces JMJ, qui a fait le sacrifice de sa vie pour que soit épargné un père de famille.

 

 

« Que l’on puisse avoir assez d’amour pour pouvoir pardonner à Dieu »
Etty Hillesum

900.000 personnes ont été assassinées au camp d’Auschwitz-Birkenau. Parmi elles, Etty Hillesum (1914-1943), qui a laissé des écrits particulièrement marquants et dont les JMJsites de la délégation de Bruxelles ont lu la dernière lettre, rédigée dans le wagon qui la menait au camp.