visiter_auschwitz_important_v

Le 29 juillet 2016

INTERVIEW – « Visiter Auschwitz c’est important », fr. Jean-Augustin

Les jeunes qui vivent les JMJ avec la communauté Saint-Jean ont eu l’occasion de se rendre à Auschwitz. Pour les accompagner, le frère Jean-AugustinTémoignage recueilli par Aurélie Pasquier.

 

pere_jean_augustin_vPréparés auparavant par des textes, des témoignages ou des enseignements, les pèlerins se sont rendus à Auschwitz dans une démarche de recueillement et d’hommage mais aussi avec l’envie de se confronter à la réalité. Malheureusement, la visite s’est limitée à l’extérieur d’Auschwitz 1 et de Birkenau (pour certains). Le musée et les baraquements ont été fermés pour protéger le lieu dans ces jours de très grande affluences. Deux pèlerins m’ont raconté leurs visites et leurs ressentis.

Le fr. Jean-Augustin est frère de la communauté Saint-Jean depuis presque 25 ans. Il est venu au JMJ car il « aime les jeunes, rien de tel pour découvrir que évangile n’est pas dépassée au contraire, c’est l’avenir de l’homme! »

 

A.P.: Vous avez accompagné des jeunes à Auschwitz, pouvez-vous nous dire comment la visite a-t-elle été préparée?

Fr. J.-A.: Elle a été préparée par les responsables de l’organisation des JMJ de Saint-Jean car ils ont ressenti une cohérence entre ces JMJ et l’année de la miséricorde. Visiter Auschwitz c’est voir combien le mal peut habiter le cœur de l’homme, jusqu’où il peut aller, la cruxifiction, l’extermination de tout un peuple car on n’est pas d’accord avec eux.

 

Cette année de la miséricorde et la visite d’Auschwitz permet aux jeunes de réaliser que le cœur de l’homme est capable de beaucoup de mal mais qu’avec le cœur de Dieu, l’homme peut faire beaucoup de bien.

 

Il est bon que les jeunes puissent prendre conscience de cet abîme du mal mais aussi de l’infinie bonté que Dieu peut donner à l’homme et que l’homme peut donner à ses frères.

 

A.P.: Saint Maximilien Kolbe est décédé à Auschwitz. Quelle a été la place de Dieu dans ce camp?

Fr. J.-A.: Pour saint Maximilien Kolbe, Dieu était dans son cœur. C’est à travers la prière et l’eucharistie qu’il célébrait clandestinement, c’est à travers ses chants au Seigneur chantés dans la prison avec ses co-détenus, que par lui, Dieu a été présent dans cet enfer.

 

A. P.: Comment associer notre prière, et s’associer en temps que catholique, au martyre subit par les juifs et d’autres communautés?

Fr. J.-A.: Les juifs ont été persécutés à cause de leur origine et de leur foi. De même, nous, les catholiques, on peut reconnaître les juifs et les catholiques et tous les autres hommes victimes de ce camp comme étant des martyrs de la Vérité et/ou de leurs coutumes pour Dieu.

 

A.P.: Comment continuer ce devoir de mémoire et cet hommage après la visite d’Auschwitz?

Fr. J.-A.: Le devoir de mémoire est très important pour le Bien comme pour le Mal. Il est capital, pour nous, chrétiens, de montrer la croix du Christ: ignominie des hommes et amour du Christ, que le Mal n’est jamais victorieux.

Il faut montrer la cruauté de l’homme qui peut aller jusqu’à exterminer un peuple ; il est important d’en prendre conscience pour s’entraider à ne pas retomber.

 

Le sens du devoir de mémoire c’est éviter que cela ne recommence, trouver les moyens et les remèdes pour ne pas retomber dans cette oeuvre diabolique.

 

Mais il y a surtout un devoir de mémoire vis-à-vis du Bien que le Christ est venu nous apporter et que nous devons propager autour de nous par l’annonce de la Bonne Nouvelle! Avec le Christ la cruauté du Mal a un temps, la béatitude de l’amour est pour l’éternité. Saint Maximilien Kolbe l’a compris.